Une Odyssée des Temps Modernes

Lorsque l’on aspire à partir ailleurs pour accomplir ses rêves, on se pose toujours la question : où et avec qui ? Le chemin vers l’inconnu, l’éloignement avec ceux que l’on aime, le changement, tout cela rend le voyage plus difficile. Pour braver l’angoisse et l’anxiété, mais cependant apprécier la découverte et l’émerveillement, n’est-il pas réconfortant de voyager avec des compagnons de route, avec des amis qui comprennent les larmes autant qu’ils partagent les sourires ?

Artistes syriens Obaidah Zorik, Omar Shammah et Karam Tarshahani – Brême, Allemagne, avril 2016  – Photo ©Khaled Youssef

Voici une odyssée des temps modernes, comme toujours un temps de guerre et de migration, qui parfois prend l’aspect d’un bel envol vers de nouveaux horizons. Nos héros s’appellent Karam, Obaidah et Omar, trois amis de la Faculté des Beaux Arts de Damas en Syrie. Trois artistes de personnalités si différentes et de formes d’expression artistique si variées, mais avec un cœur unique qui bat à l’unisson pour leur pays et leur culture. Leur complicité est d’emblée palpable, leur joie et leurs rires nous font oublier dans quelles conditions de vie ils ont commencé leur jeunesse, dans un pays ravagé par une interminable guerre, où le plein épanouissement du potentiel créatif et des talents a été réduit à néant. En Syrie, pays d’une intemporelle beauté et dont les traditions pluralistes et pluriculturelles régissent pourtant la société depuis la nuit des temps.

Dans la brume de l’horizon, ils s’éclairent à la lueur d’un feu et d’une lumière qui viennent d’ailleurs. Ils n’ont pas nécessairement suivi la même route depuis la Syrie, toutefois ce n’est point par hasard s’ils se retrouvent tous trois dans la belle ville hanséatique de Brême au nord-ouest de l’Allemagne, car ils sont toujours restés étroitement liés les uns aux autres. Pour eux, l’autre chemin est dès lors entamé, et avec leurs premiers pas vers un lendemain à la hauteur de leurs talents, la Terre commence une nouvelle circonvolution.

Artistes syriens Obaidah Zorik, Omar Shammah et Karam Tarshahani – Brême, Allemagne, avril 2016 – Photo ©Khaled Youssef

Obaidah : un artiste talentueux qui puise son inspiration dans son vécu et son expérience présente de la réalité, et utilise son énergie créatrice pour donner vie et expression à l’expressionnisme abstrait. Des toiles contemporaines, une peinture abstraite, des couleurs vives, une perceptible légèreté, et un style emblématique immédiatement reconnaissable, à l’instar des grands artistes. Un côté un peu rebelle, un je-ne-sais-quoi d’un Gustave Courbet avec ses cheveux longs, et une fine moustache, comme un clin d’œil à Salvador Dali. Avec lui, on passe du sérieux au rire en une fraction de seconde, tout comme dans ses peintures, on suit une ligne qui souvent se termine en une explosion de couleurs,  ̶  la couleur débordant la peinture.

Omar : derrière ses lunettes, des yeux rieurs qui racontent une myriade d’histoires, un front large et haut qui irradie d’intelligence et de sensibilité. En l’observant dessiner, il est difficile de soustraire son propre regard de sa main qui parcourt la page blanche avec légèreté et élégance, puisant dans les sources intimes de son être pour dessiner l’Universel qui nous touche tous. En dépit de son incontestable talent en tant qu’artiste dessinateur, il donne la priorité à une autre forme d’art dans laquelle il excelle également : la conception graphique. Les idées de ce concepteur graphique se précipitent pour créer des formes créatives à ses projets, et ainsi c’est aussi en Europe que sa créativité sera déployée.

Artistes syriens Obaidah Zorik, Omar Shammah et Karam Tarshahani – Brême, Allemagne, avril 2016 – Photo ©Khaled Youssef

Karam : son apparence occidentale accentue la tendresse de son regard oriental, et son calme naturel a un effet très apaisant. Son art ouvre une voie noble à la transformation de l’insignifiant en beauté utile, car entre ses mains, les objets inutiles deviennent des œuvres uniques qui embellissent le corps, et les bouts de plastique prennent des formes inattendues et donne à la matière un rendu saisissant. Le recyclage pour lui est une valeur, à partir de rien, construire quelque chose : cela ressemble tellement à certains destins.

Les trois amis se préparent à poursuivre leurs études, ils s’entraident et se soutiennent mutuellement, s’inspirent les uns des autres et s’encouragent. Leurs rires résonnent alors qu’ils cheminent dans les rues de Brême; il est une folie douce, la folie de la jeunesse poussée par l’absolu de la vie et drainée par la créativité !

Nous allons continuer à suivre leur parcours, car le talent ne connaît pas de frontières. Ensemble, leurs cœurs oublient la douleur et l’exil, puisque impatient d’atteindre l’avenir, l’espoir frappe à la porte, et sur le front de demain, sculpte leurs rêves.

Texte par Khaled Youssef
Editing par Danii Kessjan

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s