The Ocean of Seduction

The Ocean of Seduction –  A Visit to Ahmad Moualla’s Studio by Adonis 

1

You look, meditate, explore: everything opens the doors of seduction to you. Each painting throws its net over you. The painting does not invite you to submit, it offers to excite, to seduce you, all the while keeping its distance, in order to seduce you more, in a striking provocation that prepares you to be more attracted and fascinated.

The flame of this seduction is earthly. Lines, colors, touches, spots, half circles, half arcs, affinities, contradictions, cohesions, collapse, structures, fearful things. Everything comes from matter like springs and volcanoes. The skies are margins. Some of them are dust and ruins.

Seduction: this is the other name of Ahmad Moualla’studio.

When you walk inside this studio you say to yourself: I like what contradicts me. It completes me and makes me different.

You say: similarity is too poor. It doubles me, repeats me.

A studio – a reality closer to the imagination than the eye. An imagination that is more real than reality. A theater in which the prevalent, the ready, change in the horizon of another creation. A world of eruptions and outbursts.

Art in this studio is the art of creative energy: horizontal, vertical, high, extreme. The goal is not to snatch the world from the mistiness of movement. The goal is grounding it in the movement of discovery and appearance. Creativity is the invisible wakeful artist who holds the threads that seduction weaves.

Oh womb of matter, you are very rich and generous!

Say then, to matter: You are the spacious house for the arrival of chances.

Say to the chances: You are the mud of permanent cleaving where all kinds of walls collapse.

2

Nothing, except great and permanent work, can achieve what suits human being, in a continuous openness to the possibility of failure, while the radiance of desire and the dust of disappointment embrace each other in our eyelashes, outside the culture of despair, inside adventure and persistence.

What surprises us is chance: It liberates us from anxiety and bewilderment. Chance, what we usually call luck, surprises the system of chains that surrounds us. This system cannot defeat chance. The chance that work nurtures and looks after emerges out of all this like perfume’s emanation from the rose.

This chance is creation in the beauty of its spontaneity. Chance consumes all the earthly and heavenly systems.

To create is also to deplete systems.

As if chance is a kind of special necessity that creative work invents.

3

The painting, at Ahmad Moualla’s studio, is a space in which chances erupt. When you meditate on his painting you feel that you can play with certainty, that you are drunk between its arms. When you are under the painting’s arc, when you are its captive, you feel that you are freer. The painting makes you feel the possibility of unity between the essence and the nonessential, the everlasting and the mortal, absurdity and meaning. You see how this magic is soaked with the sweat of matter, emerging from the gardens of color.

The rational, the methodological, the syllogism, the regulated is unable to control the course of things. Things, in their deep being, are a complete freedom, a possibility on the verge of happening: Thus the painting speaks.

There is not any prejudice. What is doomed here are mere words. Creation has a chemistry that puts the law of things in tubes that the imagination makes. It also depends on intuition and dreaming. These tubes are also made by an energy that deconstructs the hierarchal relationship among things. Thus, when we meditate on the painting, we discover that what chance produces is totally different from what regimes, systems and necessities produce. We also discover that it is richer with meaning than the things that come according to their reasons. What comes by chance, through the dream or the intuition or the occasion, has meanings dissimilar from what the necessity, logic, the cause and effect produce. In our organized, defined closed world chances create unique and special works. The nonessential gains a meaning that is deeper and more attractive than the things that are rationally connected.

4

At Ahmad Moualla’s studio, it occurs to you to remember two points of view concerning the relation between art and existence, in order to appreciate well his art and studio.

The first point of view says that the world is mistiness or confusion, and man should organize it in a coherent and logical way in accordance with the relation between cause and effect.

The second point of view says that the world is a living being and it is connected in accordance with a continuous cycle of transformations, in endless forms and manifestations.

Remembering this allows you to add: Art at this studio moves in the horizon of the second point of view.

Imagine now in writing that you leave your words to their free play, so they organize themselves in the horizon of this play. You may see language as if it is condensed in one sentence, because seduction weaves its letters and creates its focus.

What is said about the word, here, applies to color. Color seems sometimes in the painting as if it wears all the other colors. You will see things lose their magic when they are not connected by seductive links. You will be more certain that the first is a kind of heat shortage in the sun of knowledge, in the heart, the senses and the imagination.

Destroying such seductive energy is a rational mission that all people know. Some liberated themselves from it, some are struggling to liberate themselves. When the answer dominates, and the maker of the universe is the opponent and enemy of the question, work and thinking that aim at liberation continue for a long time.

Art destroys what destroys this energy: it deconstructs rational links which correspond to the culture of the answer, working to involve all the things like waves in the ocean of questions, in the ocean of chances.

5

The studio is an ocean. Ebb and flow. It has no beaches. It is created by waves of color that recreate it again and again. All it has is seduction and attraction, it is the siege imposed on the logic of the cause and effect, as if it is a space that liberates the imagination, taste, intuition, raving, and liberates how, when, and where. Playing as if life moves in the cradle, obliterating the causes with the manifestations of results, cancelling the logical links, and returning things to their clear and direct presence, seen with the eye of transformation, in the movement of transformation. A raving of languages and celebrations. Rituals and prayers.

The painting is an event. As if it is a womb that stores procreation. It stores energy and its flame – ascending to the margins, descending to the far bottom, in a creative, noble wantonness that drapes the painting as if it is dawn.

6

Contradiction is the main feature of the universe, not reconciliations or fabrications. This is the feature that invites, in artistic expression, fascinating, intoxicating forms. To make water and fire, rain and clarity, the sun and the moon sit on one canvas: this is the adventure of creativity, and that is what distinguishes Ahmad Moualla’s works. It puts you, face to face, with the transformation of things. How can the word become a key to the door of time? How can time become a color on the canvas? How can color become singing and dancing at the same time? A becoming that undresses things from their special features, and throws them to a magnetism that escapes logical connection, to the magnetism of energy that transforms itself and transforms things. The work of art, in the horizon of these transformations, is not a mere beautiful work. It is more than beautiful, and in this “more than beautiful” lies the inexhaustible: the sharpness, the doubling, the flowing, breaking the closed, the specific, exploding chances, and that which is difficult to define.

Due to all kinds of invariables, our history became an accumulation: an accumulation of events, works, things, ideas, not pleasure, not depth. No dimension. Darkness in front of us. Behind us a light that does not illuminate anything. A light on the verge of becoming another darkness. And here is our daily world: bodies without limbs. Times empty of everything except memory. The time that only possesses memory is a time without memory. The father kills his son because he wants to create him according to his own image. The mother eats her breasts. Meaningless is the king of all meanings.

Everything descends from the Hand of God, as if we do not live in the place in as much we live in the beyond. We touch its dust, which descends upon us, familiar and soft. We walk in its shadow, which gives us the illusion that all the suns are behind it. True, it seems as if the heat of death and coldness of the grave are one rhyme in the poem of our existence.

Things do not end. We only know one beginning, which is the first beginning. Things are hung in the canopy of the beyond. A canopy “the size of Heaven and Earth”.

These things do not return to their nature or natural course except through a new artistic reading, in the horizon of seduction, in which Ahmad Moulla’s passions move. Seduction here is connected to what challenges and explodes, it is based on a kind of noble and sublime creative misdirection.

Text written by ADONIS

Ali Ahmad Said Esber (Arabic: علي أحمد سعيد إسبر‎, romanised: ʿAlī Aḥmad Saʿīd Aṣbar, born 1 January 1930), also known by the pen name Adonis or Adunis (Arabic: أدونيس, Adūnīs), is a Syrian poet, essayist and translator considered one of the most influential and dominant Arab poets of the modern era. He led a modernist revolution in the second half of the 20th century, exerting a seismic influence on Arabic poetry comparable to T.S. Eliot’s in the anglophone world (Source: Wikipedia).


L’océan de la séduction – Une visite à l’atelier d’Ahmad Moualla – par Adonis

1

Vous découvrez, méditez, explorez : à vous s’ouvrent toutes les portes de la séduction. Chaque peinture jette son sort sur vous. La peinture ne vous invite nullement à la soumission, elle vous met en émoi, vous séduit, tout en gardant sa distance, afin de vous séduire davantage encore, dans une saisissante provocation qui vous prépare à éprouver une attirance et une fascination encore accrue.

La flamme de cette séduction est terrestre. Des lignes, des couleurs, des touches, des taches, des demi-cercles, des demi-arcs, des affinités, des contradictions, des cohésions, des effondrements, des structures, des choses terribles. Tout provient de la matière, tel des sources et des volcans. Les cieux sont les marges. Certaines d’entre elles sont de la poussière et des ruines.

Séduction : ceci est l’autre désignation de l’atelier d’Ahmad Moualla.

Alors que vous déambulez à l’intérieur de cet atelier, vous vous faites la réflexion : j’aime ce qui me contredit. Cela me complète et me rend différent.

Vous vous dites : la similitude est trop pauvre. Elle me duplique, me répète.

Un atelier – une réalité plus proche de l’imagination que ne l’est l’œil. Une imagination plus réelle que la réalité. Un théâtre dans lequel le prédominant, le disponible, changent à l’horizon d’une autre création. Un monde d’éruptions et d’explosions.

L’Art dans ce studio est l’art de l’énergie créatrice : horizontal, vertical, élevé, extrême. Le but est de ne pas arracher le monde à la nébulosité de mouvement. Le but est de l’incorporer dans le mouvement de la découverte et de l’apparence. La créativité est l’artiste invisible en état d’éveil, qui tient les fils que tisse la séduction.

Ô entrailles matricielles, vous êtes si propices et généreuses !

Donc, dites à la matrice : vous êtes la spacieuse maison dans laquelle arrivent les hasards.

Dites aux hasards : vous êtes la boue du clivage permanent où s’effondrent les murs de toutes sortes.

Rien, sauf un travail considérable et permanent, ne peut réaliser ce qui convient à l’être humain face à la continuelle éventualité d’un possible échec, tandis que l’éclat du désir et la poussière de la déception s’étreignent aux bords de nos cils, en dehors de la culture du désespoir, à l’intérieur de l’aventure et de la persistance.

Le hasard est ce qui nous surprend : il nous libère de l’inquiétude et de la perplexité. Le hasard, ce que nous appelons communément la chance, prend à l’improviste le système de chaînes qui nous entoure. Ce système ne peut nullement vaincre le hasard. Le hasard que le travail nourrit et préserve émerge de tout cela, tel une fragrance émanant d’une rose.

Ce hasard est création dans la beauté de sa spontanéité. Le hasard consomme tous les systèmes terrestres et célestes.

Créer c’est également épuiser les systèmes.

Comme si le hasard était une sorte de nécessité spéciale que le travail créatif inventerait.

3

La peinture, à l’atelier d’Ahmad Moualla, est un espace dans lequel éclatent les hasards. Lorsque vous méditez sur sa peinture, vous sentez que vous pouvez jouer avec la certitude, que vous êtes ivre entre ses bras. Quand vous êtes sous l’arc de la peinture, quand vous êtes son prisonnier, vous sentez que vous êtes plus libre. La peinture vous fait ressentir la possibilité de l’unité entre l’essence et le non-essentiel, l’éternel et le mortel, l’absurdité et la signification. Vous voyez comment cette magie est trempée de la sueur de la matière, émergeant des jardins de la couleur.

Le rationnel, le méthodologique, le syllogisme, le réglementé sont incapables de contrôler le cours des choses. Les choses, dans leur entité profonde, sont une totale liberté, une possibilité sur le point de se produire : ainsi parle la peinture.

Il n’y a aucun préjudice. Ce qui est condamné ici ne sont que des mots. La création contient une chimie qui met la loi des choses dans des tubes que l’imagination créé. Tout dépend aussi de l’intuition et du rêve en action. Ces tubes sont également faits d’énergie qui déconstruit la relation hiérarchique à l’intérieur des choses. Ainsi, quand nous méditons sur la peinture, nous découvrons que ce que le hasard produit est totalement différent de ce que les régimes, les systèmes et les nécessités produisent. Nous découvrons aussi que celui-ci est plus riche de sens, que les choses qui viennent en fonction de leurs raisons. Ce qui provient par le hasard, à travers le rêve ou l’intuition ou l’occasion, a des significations différentes de ce que la nécessité, la logique, la cause et l’effet produisent. Dans notre monde organisé, défini et fermé, les hasards créent des œuvres uniques et extraordinaires. Le non-essentiel gagne une signification plus profonde et plus attrayante que les choses qui sont interconnectées rationnellement.

4

A l’atelier d’Ahmad Moualla, il se produit que vous vous remémoriez deux points de vue concernant la relation entre l’art et l’existence, – afin de mieux apprécier son art et son atelier.

Le premier point de vue prétend que le monde soit nébulosité ou confusion, et que l’homme devrait l’organiser de façon cohérente et logique, conformément à la relation entre la cause et l’effet.

Le second point de vue défend que le monde soit un organisme vivant, et qu’il soit relié selon un cycle continu de transformations, en des formes et manifestations infinies.

Sachant cela vous permet d’ajouter : l’Art dans cet atelier se déplace à l’horizon du second point de vue.

Imaginez maintenant qu’en écrivant vous laissiez vos mots aller à leur libre jeu, afin qu’ils s’organisent eux-mêmes à l’horizon de ce même jeu. Il se peut alors que vous puissiez voir le langage, tel que si celui-ci était condensé en une seule phrase, car la séduction tisse ses propres lettres et crée sa propre focalisation.

Ce qui est dit à propos du mot, ici, s’applique à la couleur. La couleur semble parfois être dans la peinture comme si elle portait en elle toutes les autres couleurs. Vous verriez les choses perdre leur magie si celles-ci n’étaient pas reliées par les cordons de la séduction. Vous vous convaincriez que le premier point de vue soit une sorte de pénurie de chaleur dans le soleil de la connaissance, dans le cœur, les sens et l’imagination.

Détruire une telle énergie de séduction est une mission rationnelle que tous les gens connaissent. Certains s’en sont libérés, d’autres ont du mal à s’en libérer. Lorsque la réponse domine, et que le créateur de l’univers est l’adversaire et l’ennemi de la question, alors la tâche et la réflexion qui visent à cette libération perdurent.

L’Art détruit ce qui détruit cette énergie : il déconstruit les entraves rationnelles qui correspondent à la culture de la réponse, travaillant à impliquer toutes les choses, telles des vagues dans l’océan des questions, dans l’océan des hasards.

5

L’atelier est un océan. Flux et reflux. Il n’a pas de plages. Il est créé par des vagues de couleur qui le recréent encore et encore. Tout ce qu’il possède est la séduction et l’attraction, il est le siège imposé à la logique de la cause et l’effet, comme s’il était un espace qui libérait l’imagination, le goût, l’intuition, le ravissement, et qui libérait le comment, le quand et le où. Jouer comme si la vie se mouvait dans son berceau, effaçant les causes avec les manifestations de résultats, annihilant les carcans de la logique, et retournant les choses à leur présence claire et directe, visible à l’œil de la transformation, dans le mouvement de la transformation. Un délire de langages et de célébrations. De rituels et de prières.

La peinture est un événement. Comme si elle était un utérus préservant la procréation. Elle préserve l’énergie et sa flamme, – ascendante sur les marges, descendante vers les tréfonds, dans une créative et noble débauche qui drape la peinture comme si elle-même était l’aube.

6

La contradiction est la principale caractéristique de l’univers, et non pas les rapprochements ou les fabrications. Ceci est la caractéristique qui convie, dans l’expression artistique, à des formes enivrantes et fascinantes. Pour faire de l’eau et du feu, de la pluie et de la clarté, le soleil et la lune ont assise sur la toile : ceci est l’aventure de la créativité, et ceci est ce qui distingue les œuvres d’Ahmad Moualla. Elle vous met au face à face avec la transformation des choses. Comment le mot peut-il devenir une clé de la porte du temps ? Comment le temps peut-il devenir une couleur sur la toile ? Comment la couleur peut-elle devenir à la fois chant et danse ? Un devenir qui dénude les choses de leurs caractéristiques particulières, et les jette à un magnétisme qui échappe à toute connexion logique, au magnétisme de l’énergie qui se transforme elle-même et transforme les choses. L’œuvre d’art, à l’horizon de ces transformations, n’est pas simplement un beau travail. Elle est plus que belle, et dans ce « plus que belle » se trouve l’inépuisable : l’acuité, le doublement, la fluidité, l’hermétisme en état de rupture, le spécifique, les hasards en explosion, et tout ce qui est difficile à définir.

En raison de toutes sortes d’invariants, notre histoire est devenue une accumulation : une accumulation d’événements, d’œuvres, de choses, d’idées, et non pas de plaisir, non pas de profondeur. Aucune dimension. Les ténèbres en face de nous. Derrière nous, une lumière que rien n’illumine. Une lumière sur le point de devenir une autre obscurité. Et voici notre monde quotidien : des corps dépourvus de membres. Le temps vide de tout, sauf de la mémoire. Le temps qui seul possède la mémoire est un temps sans mémoire. Le père tue son fils parce qu’il veut le créer selon sa propre image. La mère mange son sein. L’insignifiance est la reine de toutes les significations.

Tout émane de la Main de Dieu, comme si nous ne vivions pas tout autant dans le lieu que nous ne vivions dans l’au-delà. Nous touchons sa poussière, qui descend sur nous, familière et douce. Nous marchons dans son ombre, ce qui nous donne l’illusion que tous les soleils sont derrière elle. Certes, il semble que la chaleur de la mort et la froideur de la tombe soient une seule et même rime dans la poésie de notre existence.

Les choses ne se terminent pas. Nous ne connaissons qu’un seul commencement, qui est le commencement premier. Les choses sont suspendues dans le baldaquin de l’au-delà. Un baldaquin de « la taille du ciel et la terre ».

Ces choses ne reviennent pas à leur nature ou leur cours naturel, sauf à travers une nouvelle lecture artistique, à l’horizon de la séduction, sur lequel se meuvent les passions d’Ahmad Moualla. La séduction ici est reliée à ce qui défie et explose, elle est basée sur une sorte d’orientation créative erronée, mais noble et sublime.

Texte écrit par ADONIS

Ali Ahmad Saïd Esber (arabe : علي أحمد سعيد إسبر, romanisé : ‘Alī Aḥmad Sa’īd Aṣbar, né le 1er Janvier 1930), également connu sous le nom de plume d’Adonis ou Adunis (arabe : أدونيس, Adūnīs), est un poète syrien, critique littéraire, essayiste et traducteur considéré comme l’un des poètes arabes les plus influents et éminents de l’ère moderne. Il est le précurseur d’une révolution moderniste de la poésie dans la seconde moitié du 20ème siècle, en exerçant une influence sismique sur la poésie arabe, comparable à celle de T.S. Eliot dans le monde anglophone (Source : Wikipedia).

Traduction française : Danii Kessjan

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s